FAUNA

Faune

Madagascar est un sanctuaire naturel

Madagascar est le pays des lémuriens. À une exception près d’une espèce qui vit à Mayotte, toutes les 103 espèces vivantes de lémuriens sont répandues à Madagascar. La faune de Madagascar est caractérisée par son abondance. Le grand développement des lémuriens dans l’île est dû au fait qu’ils n’ont que peu d’ennemis. Le seul grand prédateur à Madagascar est le cryptoprocte féroce ou fossa (Cryptoprocta ferox). Les tenrecidés font partie des particularités de la faune de Madagascar. Les tenrecidés sont des mammifères insectivores qui vivent tant dans les forêts tropicales humides ainsi que dans les forêts sèches subtropicales. Tandis que les tenrecs zébrés des terres basses (Hemicentetes semispinosus) sont très menacés à cause de la destruction de leur habitat, on peut assez souvent rencontrer le tangue ou hérisson malgache (Tenrec ecaudatus) durant la saison des pluies à proximité des petits cours d’eau.

Il est connu pour sa fécondité extrême. Dans des conditions optimales, une portée peut compter jusqu’à 32 jeunes.

En ce qui concerne les rongeurs, il faut mentionner le rat sauteur géant de  Madagascar (Hypogeomys antimena). Il est le plus grand rongeur de Madagascar. Son habitat, situé entre les fleuves Tomitsy et Tsiribihina dans le pays des Sakalava, est toutefois très limité. On découvre continuellement de nouvelles espèces dans l’île. Au bord du lac Alaotra au nord de Tananarive, on a découvert un nouveau carnivore de la taille d’un chat (Salanoia durrelli). Ses proies favorites sont les crustacés et mollusques du lac. À Ranomafana et Andasibe, on a décrit il y a 2 ans une nouvelle espèce d’araignée – Caerostris darwini – dont la toile peut atteindre jusqu’à 25 m. Cette année, deux  nouveaux microcèbes ont été découverts (Microcebus tanosi et Microcebus marohita).

Les Amphibiens à Madagascar

La particularité des amphibiens à Madagascar est que presque toutes les environ 200 espèces de grenouilles y sont endémiques. D’après les estimations de deux spécialistes du monde amphibien de Madagascar, Frank Glaw et Miguel Vences, l’appartenance de plus de 150 de grenouilles n’est cependant pas encore déterminée. Les grenouilles du genre Boophis, les grenouilles des genres Heterixalus et Megalixalus, les grenouilles véritables du genre Nesomantis, les mantella, les Microhylidae du genre Scaphiophryne et les crapauds constituent entre autres l’herpétofaune de Madagascar. La meilleure époque possible pour apprendre à connaître les nombreuses espèces de batraciens s’étend de décembre à mars, c’est-à-dire durant la saison des pluies.

Les mantella sont apparentés aux phyllobates d’Amérique du sud et d’Amérique centrale. Le groupe des mantella représente le groupe de batraciens le plus menacé à Madagascar. Il ne subsiste surtout que peu de mantelles dorées (Mantella aurantiaca) et de Mantella crocea. C’est ainsi qu’il n’y a pas plus, par exemple, de 2.500 individus de mantelles dorées. Les Mantella crocea ne sont plus représentées que par un petit groupe de 500 individus. D’autres espèces de ce groupe sont plus fréquentes. Les Mantella laevigata se rencontrent souvent dans le parc national de Marojejy et dans la presqu’île de Nosy Mangabe ; les Mantella betsileo viennent de la réserve naturelle de Lokobe et on trouve les Mantella madagascariensis entre les feuilles des eucalyptus à proximité de Vohiparara Ranomafana.

D’une longueur totale de 10 à 12 mm et un poids de seulement 0,2 mg, l’espèce Sumpffia pygmaea représente la grenouille la plus petite du monde. Cette espèce vit dans la plantation d’ylang-ylang à Nosy Be, mais on la trouve aussi au bord des routes ou sur les sols forestiers humides, cachée entre les feuilles. Deux espèces comptent parmi les grenouilles tomates : Dyscophus antongilii et Dyscophus guineti. Tandis que l’espèce Discophus antongilii vit en nombre limité dans les forêts humides, on rencontre l’espèce Discophus guineti dans les profondeurs de la forêt vierge. Ces deux espèces font partie des plus grandes grenouilles de Madagascar.

Parmi les grenouilles les plus belles et les plus multicolores de Madagascar, on compte, outre les deux espèces de mantelles dorées déjà citées, les Microhylidae du genre Scaphiophryne. L’espèce Scaphiophryne gottlebei est particulièrement attirante ; elle vit dans la région du parc national Isalo. En raison de sa couleur multicolore, elle est malheureusement menacée par le commerce d’amphibiens. C’est ainsi que la beauté de cette espèce de grenouille lui est fatale. L’organisation de protection de l’environnement Pro Wildlife attire l’attention sur le danger d’une liquidation de la richesse en espèces à Madagascar. L’interdiction légale du commerce d’espèces menacées d’amphibiens et de reptiles a déjà été discutée en 2009 au sein de la commission de la Convention de Washington de protection des espèces.

Les arthropodes

Il y a environ 100 000 espèces d’invertébrés enregistrés à Madagascar. Les arthropodes en font partie. L’un des coléoptères les plus spectaculaires que l’on peut observer de septembre à novembre à Madagascar est le scarabée girafe (Tracelphorus giraffa). Le prétendu curculionidé est un en fait un charançon. Après la reproduction, la femelle découpe une feuille et l’enroule. Elle y dépose ensuite un œuf unique. Elle préfère les feuilles de mélastomacées (Melastomacae) Dichaetanthera cordifolia et Dichaetanthera grandifolia. C’est pour cette raison que l’on trouve facilement les scarabées girafes au printemps, parce qu’ils vivent sur ces plantes. On peut trouver plus de 3.000 espèces de papillons à Madagascar. Le plus grand papillon de l’île est le papillon comète (Argema mittrei), endémique à Madagascar. Les papillons comètes adultes ne vivent qu’environ 6 jours pour se reproduire. Dans la partie sud de Madagascar, on peut voir durant presque toute l’année le plus grand représentant des lépidoptères malgaches. Il s’agit de l’espèce Pharmacophagus antenor. Avec sa coloration multicolore et riche en contrastes, on ne peut manquer ce grand papillon diurne. On le voit souvent le long de la route vers Berenty et Ifaty. Au cours d’une randonnée dans le parc national de Masoala, on est accompagné par le crabe arboricole noir et rouge de Madagascar, Malagasya antongilensis. Cette espèce de crabe ne vit que dans la baie d’Antongil. Dans les régions sèches de l’île, on trouve les fourmis vierges (Myrmeleon formificatus). Les larves des fourmis vierges, les fourmis lions, construisent des entonnoirs pour y attraper leurs proies. Les fourmis lions de Madagascar sont psammophiles, c’est-à-dire qu’elles vivent dans un substrat sableux. En septembre 2010, on a découvert une nouvelle espèce d’araignée (Caerostris darwini) à Madagascar. Il s’agit de véritables aranéides dont le fil   peut atteindre jusqu’à 25 m. Les toiles sont tissées au-dessus de petits ruisseaux et rivières, dont la surface atteint jusqu’à 2,8 mètres carrés. Elles font ainsi partie des plus grandes toiles d’araignée au monde. Le fil de soie produit par cette espèce d’araignée est connu pour sa solidité et est considéré comme un matériel biologique robuste. Dans la revue spécialisée PLoS ONE, des chercheurs expliquent comment le Caerostris darwini tend les fils au-dessus de la rivière, les fixe à une branche ou à une feuille et se jette dans le vide comme lors d’un saut de bungee. Ainsi suspendue, elle secrète alors des fils de soie de jusqu’à 25 mètres de long, qui sont poussés par le vent jusqu’à l’autre rive où ils sont collés. Le fil est tendu – et c’est terminé. (livre de poche/DER STANDARD, édition imprimée, 5/ et 6/11/2011)“. D’autres arthropodes intéressants de Madagascar sont : les Cetoniinae du genre Euchroea, les longicornes du genre Tragocephala, les curculionidés du genre Zetophloeus, les phasmes du genre Achrioptera, les scorpions du genre Grosphus, les aranéides du genre Nephilla, les papilionidés du genre Papilio, la cicadelle blanche du genre Phromnia et la Laternaria candelaria du genre Pyrops.

Les oiseaux

Contrairement aux pays d’observation des oiseaux classiques, Madagascar se distingue par un taux élevé d’endémisme de l’avifaune. Parmi les 256 espèces enregistrées, plus de 65% sont endémiques à Madagascar. La meilleure époque pour observer de nombreuses espèces d’oiseaux est la nidification de septembre à octobre. Comme le dodo sur l’île Maurice, l’oiseau-éléphant (Aepyornis maximus) a disparu il y a quelques centaines d’années. Le struthioniforme atteignait une envergure de 3 m et un poids de 500 kg. Ses œufs pesaient entre 9 et 12 kg. Dans le sud de Madagascar, on trouve toujours aujourd’hui des coquilles d’œufs et reconstruites, on les vend dans les magasins de souvenir. Malgré une destruction croissante de la forêt à Madagascar, on découvre toujours de nouvelles espèces d’oiseaux. La découverte en l’année 2011 d’un nouveau râle (Mentocrex beankaensis) dans la forêt sèche Tsingy de Bemaraha par une équipe de chercheurs indigènes et américains fit sensation. Cinq familles d’oiseaux existent à Madagascar : les vangas, les Couas, les courols, les râles et les philépittes.

Les vanga malgaches sont évolutionnaires et ressemblent aux pinsons de Darwin des Galápagos. La formation des becs est spécifique à l’espèce. La falculie mantelée (Falculea palliata) et le vanga écorcheur (Vanga curvirostris) sont originaires des forêts sèches du parc national d’Ankarafantsika et de la forêt de Kirindy. L’hypositte malgache (Hypositta corallirostris) et le vanga de Lafresnaye (Xenopirostris xenopirostris) peuvent être trouvés presque partout à Madagascar. L’eurycère de Prévost (Euryceros prevostii) vit dans le nord de Madagascar, où il est originaire des forêts humides du parc national de Masoala et Marojejy. Le coua est également connu sous le nom de coucou huppé. Le genre coua fait partie de la famille des coucous, même s’il en constitue une sous-famille propre, les Couinae.

L’ornithologue suisse, Dr Otto Appert, s’est intéressé de manière intensive à cette sous-famille endémique. Ses prises de vue en couleur de la gorge de jeunes couas sont de grande importance. Sur les 26 publications rédigées par le Dr Otto Appert sur l’avifaune malgache, quatre ont été dédiées au groupe des couas. Les couas ont une large aire de dispersion. Deux espèces vivent dans la forêt sèche de Berenty : le coua géant (Coua gigas) et le coua huppé (Coua cristata). Dans les forêts humides de Ranomafana, de la Montagne d’Ambre, de Marojejy, de Masoala, de Mangabe et d’Andasibe, on peut assez facilement observer le  coua bleu (Coua caerulea). Ce coua s’orne de plumes d’un bleu brillant. Il est le prédateur de tous les caméléons arboricoles et des geckos. La caractéristique principale de toutes les espèces de couas est le cercle bleu autour des yeux. Dans les forêts humides de Ranomafana, de la Montagne d’Ambre, de Marojejy, de Masoala, de Mangabe et d’Andasibe, on peut assez facilement observer le  coua bleu (Coua caerulea). Ce coua s’orne de plumes d’un bleu brillant. Il est le prédateur de tous les caméléons arboricoles et des geckos. La caractéristique principale de toutes les espèces de couas est le cercle bleu autour des yeux. 

L’observation des râles constitue pour les ornithologues un moment fort d’un voyage à Madagascar. Tandis que la mésite variée (Mesitornis variegata), la mésite unicolore (Mesitornis unicolor) et le mésite monias (Monias benschii) habitent dans les forêts sèches, le brachyptérolle écaillé (Brachypteracias squamiger), le brachyptérolle leptosome (Brachypteracias leptosomus) et le brachyptérolle  pittoïde (Atelornis pittoides) vivent dans les forêts humides de Madagascar. De par sa jolie apparence, le brachyptérolle à longue queue (Uratelornis chimaera) est la superstar de ce groupe. Ifaty et la forêt de Mikea à proximité de Morombe représentent son habitat régional limité. Moins connus sont les philépittes dont les représentants sont la philépitte veloutée (Philepitta castanea), la philépitte de Schlegel (Philepitta schlegeli), la philépitte souimanga (Neodrepanis coruscans) et la  philépitte de Salomonsen (Neodrepanis hypoxantha). Ils habitent principalement dans la forêt humide.

La petite famille des courols, par ailleurs, fait partie de ce groupe endémique. Le courol vouroudriou de Madagascar (Leptosomus discolor) et son cousin (Leptosomus mayottensis) qui vit à Mayotte, comptent parmi ceux-ci, la variante comorienne étant plus petite que la malgache. Le martin triste (Acridotheres tristis) est entre-temps devenu un véritable fléau à Madagascar. Au début du 20è siècle, il a été introduit des Indes dans la partie orientale de Madagascar, pour y décimer les sauterelles. Depuis, cette espèce très adaptable se reproduit de manière incontrôlée, de sorte qu’elle menace fortement les espèces aviaires indigènes dans la concurrence à la nourriture.

Deux espèces d’oiseaux migrateurs hivernent à Madagascar : le rolle violet (Eurystomus glaucurus) et le flamant rose (Phoenicopterus ruber). De nombreuses espèces d’oiseaux aquatiques peuvent être observées à Madagascar, la grèbe malgache (Tachybaptus pelzenii) étant fortement menacée de disparition. On croyait déjà qu’elle avait disparue, mais il y a deux ans, une petite colonie a été aperçue à proximité de la forêt de Makira au nord-est de Madagascar. Lors d’une excursion fluviale sur le fleuve Tsiribihina, on peut avoir un aperçu sur les oiseaux aquatiques de Madagascar. Parmi eux, on compte le héron pourpré (Ardea purpurea), le héron goliath (Ardea goliath) et le canard à bosse (Sarkidiornis melanotos), dont les mâles sont caractérisés par une grande caroncule à la base du bec.

L’avifaune de Madagascar comprend une douzaine d’espèces de rapaces. En font partie, entre autres, les faucons, les buses, les busards et les pygargues (aigles de mer). Le milan noir (Milvus aegyptus) est très répandu et, en tant que charognard, il préfère les paysages ouverts. Le gymnogène de Madagascar (Polyboroides radiatus) est originaire de l’ouest de Madagascar, à proximité de la forêt de Kirindy et de celle de Tsingy de Bemaraha ainsi que dans les monts d’Ankarana et dans le parc national d’Ankarafantsika. Là où vivent les lémuriens, on rencontre également le baza malgache (Aviceda madagascariensis). Le long de la route des baobabs, à Morondava, les faucons concolores (Falco concolor) vivent dans les baobabs. Des Hautes Terres centrales de Tananarive aux monts Isalo s’étend l’habitat des faucons de Madagascar (Falco newtoni), comparables avec les faucons crécerelles européens.

Lors d’une excursion nocturne dans la réserve naturelle privée de Berenty, on peut observer de nombreuses espèces d’oiseaux nocturnes. L’engoulevent malgache (Caprimulgus madagascariensis), le petit-duc malgache (Otus rutilus) et le ninoxe à sourcils blancs (Ninox supercialiaris) se montrent presque toujours dans la forêt sèche de didieréacées de Berenty. Depuis le milieu du 20è siècle, on peut de nouveau observer, tant en Europe qu’en Afrique, la huppe fasciée. Le dicton « puer comme une huppe fasciée » se rapporte à une sécrétion par laquelle elle se protège contre des agresseurs, tandis qu’elle projette un mélange de sécrétion et de déjection sur son adversaire. La huppe fasciée préfère les paysages ouverts et un climat sec et chaud.

Outre les couas, trois espèces de coucous vivent à Madagascar : le coucou de Madagascar (Cuculus rochii), le coucou d’Audebert (Pachycoccyx audeberti) et le coucal toulou (Centropus tulu). Les deux premières espèces parasitent les nids et font couver leurs œufs par d’autres oiseaux. Ce mode de vie est typique chez les coucous, mais pas pour toutes leurs espèces. Ils se nourrissent principalement de chenilles. La couleur brun-rouge du plumage du coucal toulou se détache fortement de celle des autres coucous. Contrairement aux espèces multicolores d’Amérique du sud, les perroquets malgaches, à l’exception de l’inséparable à tête grise (Agapornis cana), ont un plumage gris. À Madagascar, on ne rencontre que deux espèces : le grand vaza (Coracopsis vasa) et le vaza noir (Coracopsis nigra). Ils vivent tant en forêt sèche qu’en forêt humide. Lors d’une randonnée dans les parcs nationaux malgaches, on peut souvent observer un comportement typique chez les oiseaux. 

Nommé MSF (Mixed Species Flock), il décrit la recherche de nourriture en commun de différentes espèces d’oiseaux. Un tel groupe se compose souvent de drongos d’Aldabra (Dicrurus fortificatus), de quelques espèces de vangas, de tchitrecs malgaches (Terpsiphone mutata) et de quelques espèces de newtonies.

Au bord de petits cours d’eau et dans les rizières, on peut souvent observer le martin-pêcheur vintsi (Corythornis vintsioides), l’ombrette africaine (Scopus umbretta), le héron garde-bœufs (Bubulcus ibis) et la grande aigrette (Casmerodius albus). Parmi les espèces rares d’oiseaux à Madagascar, on peut citer deux espèces : la première est le martin-pêcheur malgache (Ispidina madagascariensis), le plus petit des martins-pêcheurs. Comme il vit dans la forêt vierge, son avenir est fortement lié à celui de la forêt vierge. La seconde espèce est le pygargue de Madagascar (Haliaetus vociferoides). Avec environ 100 couples nicheurs, il fait partie des pygargues (aigles de mer) les plus rares au monde. On peut le trouver dans trois endroits à Madagascar : au bord du lac Ravelobe dans le parc national d’Ankarafantsika, sur les îles Mitsio et Sakatia à Nosy Be et au bord du fleuve Manambolo dans les Tsingy de Bemaraha.

Pour l’observation des oiseaux, les réserves naturelles et les parcs nationaux suivants sont à recommander : le parc national d’Ankarafantsika, le parc national de Ranomafana, la forêt de ronces près d’Ifaty, le parc national de Mantadia, le parc national de Marojejy et de Masoala et le parc national de Zombitse. On recommande une excursion fluviale sur le fleuve Tsiribihina pour l’observation des oiseaux aquatiques. Le parc privé de Tsarasaotra (Île aux oiseaux) à Tananarive offre une autre bonne possibilité d’observation des oiseaux.

Les Caméléons

Dans le monde entier vivent environ 150 espèces de caméléons et plus de 70 d’entre elles sont endémiques à Madagascar. On distingue deux groupes de caméléons : les caméléons arboricoles et les caméléons  nains.

Trois organes sont spécialement développés chez les caméléons : leurs yeux sont grands et peuvent regarder dans différentes directions indépendamment l’un de l’autre. De cette façon, les caméléons peuvent suivre les mouvements de leur proie, sans devoir eux-mêmes se déplacer. Leur champ de vision parcourt horizontalement 180° et verticalement 90°, ce que l’on peut appeler une vue panoramique. Ils sont capables de percevoir des mouvements à 100 m de distance. De plus, les caméléons possèdent une langue protractile dont la propulsion est commandée par un muscle orbiculaire. La proie est capturée par les deux lambeaux de muscle, qui se trouvent au bout de la langue. Une glande qui règle le flux de salive se trouve au bout de la langue. Cette méthode caractéristique pour attraper une proie est présentée aux visiteurs dans une démonstration à la ferme à caméléons à Marozevo.

La peau des caméléons peut changer de couleur. Le changement de couleur est un processus complexe qui est influencé par des modifications de température, de couleur, de l’état de santé et de l’humeur de l’animal. L’état psychique de l’animal est cependant décisif, car c’est ce qui motive principalement le choix de la couleur. Un caméléon sain présente par exemple une couleur plus claire. La couleur d’un caméléon est le résultat d’un jeu finement ajusté entre le système nerveux et les cellules pigmentées. Les mélanophores sont, à cause de leur colorant noir, à l’origine d’une coloration foncée. Moins de mélanophores procurent à l’animal une apparence plus claire. Les chromatophores sont à l’origine des colorations jaune et rouge. Comme la couleur bleue n’est pas présente chez les reptiles, les pigments doivent briser la lumière pour obtenir cette couleur. Cette tâche est prise en charge par les guanophores.

Les quatre zones de végétation de l‘île abritent les environ 70 espèces de caméléons recensées à Madagascar.

Les espèces les plus hautes en couleur sont sans le moindre doute les caméléons panthères. À l’origine, ils viennent de la région de Sambirano, à Ambanja et Nosy Be. Ils font partie de la famille Furcifer. Tandis qu’à Ambanja c’est la couleur rouge qui domine chez Furcifer pardalis, à Nosy Be c’est plutôt la couleur verte. Dans la partie orientale de Madagascar, on trouve différentes espèces de caméléons en fonction de l’altitude de l’habitat. L’espèce Calumma parsonii vit dans la partie méridionale de Madagascar, dans les forêts humides à basse altitude. On trouve une sous-espèce, Calumma parsonii cristifer,  dans le parc national d‘Andasibe et dans les environs. Elle est nettement plus petite que les représentants de l’espèce Parsonii du sud-est. 

Le calumna brévicorne (Calumma brevicornis) compte également parmi les caméléons des forêts humides de l’est. Il fait aussi partie des habitants de la forêt humide à basse altitude. On rencontre de plus petits caméléons comme Calumma gastrotaenia et Calumma nasutum dans presque toutes les forêts humides. Dans le parc national de la Montagne d’Ambre, c’est l’espèce Calumma ambrensis qui y est endémique. L’ouest, nettement plus sec, abrite d’autres espèces de caméléons. Les mâles des espèces Furcifer verrocosus et Furcifer antimena sont caractérisés par leur proéminence dorsale. Ils habitent dans les régions sèches. Dans la région de Morondava, on trouve l’espèce petite et agressive, Furcifer labordii. On peut observer l’espèce Furcifer rhinoceratus à l’occasion d’une randonnée nocturne dans le parc national d’Ankarafantsika.

Le plus grand caméléon du monde, d’une longueur totale de 70 cm, est Furcifer oustaleti. Il vit dans la partie méridionale des Hautes Terres et dans la région d’Antsiranana. Sa caractéristique est sa carapace fortement élargie au niveau de la tête. Pour la population d’Antsiranana, le caméléon d’Oustalet est considéré comme fady. Il ne peut ni être touché ni tué. En raison de cette protection culturelle, cette espèce est devenue tributaire de l’existence d’une culture à la pointe nord du pays. Dans la partie septentrionale des Hautes-Terres vit le caméléon tapis (Furcifer lateralis). Diverses espèces graciles de caméléons, comme Furcifer campani, Furcifer minor et Furcifer wilsii, sont menacées de disparition en raison de la destruction de leur habitat et de captures illégales.

Les caméléons nains font partie du genre Brookesia, endémique à Madagascar. Dans le parc national de la Montagne d’Ambre et dans la réserve naturelle de Lokobe, on trouve le plus petit caméléon du monde, le Brookesia minima. D’une longueur totale de 3 cm, ce caméléon nain vit au pied de grandes racines dans un espace de seulement 1 m².

Les serpents

Avec 80 espèces, la faune en serpents est proportionnellement fortement représentée à Madagascar. La plus grande famille, c’est-à-dire la plus riche en espèces, est représentée par les couleuvres (Colubridae). La famille des Typhlopidae, qui constitue avec 13 espèces une famille non-négligeable, est par contre plutôt inconnue. Le seul serpent marin de Madagascar (Pelamis platura) appartient entre autres à cette famille. Les serpents les plus connus de Madagascar sont les boas, qui font partie des serpents géants. Tandis que le Sanzinia madagascariensis se trouve pratiquement partout à Madagascar, les deux autres représentants de cette espèce, Acrantophis madagascariensis et Acrantophis dumerlii, sont plutôt difficiles à trouver.

Malgré leur appartenance à la famille des serpents géants, les serpents de cette espèce n’atteignent jamais plus de 4 mètres. Le plus long jamais trouvé mesurait 3,5 m. La meilleure chance d’observer des serpents est dans le parc national à Ankarafantsika, dans la réserve naturelle de Lokobe, dans le parc national de la Montagne d’Ambre et dans le parc national de Marojejy. Aucune des espèces de serpents à Madagascar ne compte parmi les serpents venimeux. Les représentants des Madagascarophis possèdent certes des crochets venimeux à la partie postérieure de la mâchoire supérieure, mais leur poison est cependant très faible. L’espèce de serpent la plus répandue à Madagascar fait partie des couleuvres. On peut trouver Bibilava lateralis dans des habitats très différents. Elle est inoffensive et pas agressive.

Les baleines à bosse

À l’occasion d’un tour d’observation des baleines sur l’île Sainte-Marie, on peut vivre l’un des spectacles naturels les plus impressionnants au monde. Les baleines à bosse portent le nom scientifique de Megaptera novaeangliae et font partie des cétacés à fanons et des rorquals. Le nom Megaptera signifie « grande aile » et se rapporte à sa nageoire ventrale surdimensionnée. Les baleines à bosse appartiennent à la famille des cétacés et, avec une longueur de 12 à 16 m et un poids allant jusqu’à 40 t, font partie de leurs représentants les plus grands. Contrairement aux baleines bleues qui, avec 150 t, comptent parmi les plus grands mammifères marins, les baleines à bosse sont par conséquent de taille moyenne.

Les membres antérieurs des baleines à bosse sont transformés en de longues nageoires. Un caractère frappant est l’épaisseur de la peau avec des protubérances aux nageoires et à la tête. La partie supérieure du corps massif est de couleur noire, tandis que la partie inférieure présente plutôt une couleur blanchâtre pâle. Lors de leurs sauts, les baleines présentent leur nageoire caudale noire et blanche. Les baleines à bosse vivent dans tous les océans. Avant l’arrivée de l’hiver, elles se retirent vers des régions plus chaudes et reviennent au printemps vers les régions plus froides. Ce faisant, elles parcourent des distances allant jusqu’à 10.000 km dans l’océan et reviennent en septembre dans l’océan Indien. Avec la baie protégée d’Antongil près de Sainte-Marie, Madagascar offre les meilleures conditions pour rencontrer ces mammifères marins géants.